HUMEUR

QUAND DE PETITES REMARQUES VEULENT DIRE BEAUCOUP

La banalisation du sexisme. Je voulais écrire à ce propos depuis un bout de temps mais je n’ai jamais trop su comment aborder le sujet.

Houra! Aujourd’hui, on m’a donné l’occasion de trouver un point de départ à mon article.

Encore une fois.

Ce vendredi 10 février, un peu avant 14h, le sujet de la télé-réalité est furtivement abordé en cours. (je tiens à insister sur ce « furtivement » pour bien relever que chaque occasion, aussi courte soit-elle, devient une opportunité pour lâcher une petite remarque sexiste bien placée comme il faut). Le prof: « qui peut bien regarder ça? ». Un élève: « oh ben toutes les filles de la classe ». Le prof (en parlant aux quelques mecs de ma promo): « heureusement qu’on est là » (sous-entendu: nous ô personne de sexe masculin on ne regarde pas de conneries, pas comme vous ô meufs teubés »). Et les rires qui ont suivis.

Non les gars, c’était pas drôle. C’était inutile, futile, sexiste, débile et pas drôle.

La scène fut brève, et parait peut être innocente pour certains. Je me permets d’émettre l’hypothèse puisqu’une majorité de la classe était hilare après cette intervention qui n’a pas semblée choquer grand monde. Au point même où je me suis un temps demandée si je n’étais pas excessive, si ce n’était pas moi qui me montait la tête.

Alors en soi, l’évènement n’est pas tragique. Personne n’a été insulté, personne n’a été blessé. Mais ce qui m’inquiète, c’est que ce genre de remarque j’en entends quotidiennement et depuis longtemps.

Et si isolées elles ne semblent pas dangereuses, elles véhiculent réunies un message inquiétant. Si je les rassemblais, ces remarques, la femme serait superficielle, passionnée de comédies romantiques, émotive et naïve. L’homme serait lui passionné de foot, distrait à l’école, aurait un gros estomac, pourrait porter de gros meubles et serait vu comme faible si il se permettait de pleurer en public. Je vous épargne le reste des clichés habituels, vous les connaissez bien.

Toujours comparer, toujours rabaisser. Toujours placer la majorité comme l’exemple à suivre. Le truc c’est qu’on n’en a pas besoin de ces remarques furtives. On est bien assez entourés de faits sociaux et politiques qui divisent les gens, qui rendent certains mal dans leur peau et détruisent des égos.

Cette séparation constante entre genres. Cette nécessité de catégoriser et mettre dans le même sac un groupe de personnes… Il serait peut-être temps d’arrêter, non?

Apolline

PS: on admirera cette photo d’un mini moi en pleine partie de James Bond sur ma bonne vieille PS2, parcequeouélesjeuxvidéosétaientmapassion

Publicités

0 comments on “QUAND DE PETITES REMARQUES VEULENT DIRE BEAUCOUP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :