HUMEUR

CHRONIQUES D’UNE APPRENTIE SPORTIVE / ÉPISODE 2

Si le mois dernier je vous évoquais les prémices de ma grande carrière de sportive (hum), aujourd’hui on passe à la deuxième et dernière partie concernant cette fois-ci mes débuts dans la course et ce que j’en retiens!

(Aziliz prépare toi je vais parler de toi)

En parallèle du renforcement musculaire j’ai en septembre 2014 commencé la course. Non je ne suis pas une tarée (quoi que), je connais simplement le mois parce que c’était la rentrée et donc les premiers entraînements pour l’épreuve sportive du bac. Avec une pote (coucou) on s’est motivées à tenter une amélioration de notre endurance. Pour le coup, courir, c’était quelque chose qui me donnait vraiment pas envie. J’étais du genre à m’essouffler au bout de trente secondes et à avoir rapidement envie de tout stopper. Le truc c’est que le mois suivant on a participé à La Lorientaise, une course contre le cancer du sein qui nous a légèrement poussées à aller jusqu’au bout pour notre dignité personnelle (en se jetant régulièrement des regards de détresse à partir de la 15ème minute, certes). En tout cas ce qui est sûr c’est que une fois ce cap passé on a persévéré et après 15, 20 puis 30 minutes on était presque entrain de kiffer. Il faut dire que vivre à côté de la mer ça a du bon et que l’iode, le débouchage des narines… tout ça ça fait du bien. À ce moment là et pendant plusieurs mois on y allait à raison d’une fois par semaine.

Bon, ce magnifique conte de fée ne dure pas ever after. Ô malheur, le bac a eu raison de nous et de notre bonne volonté.

Le problème avec le running, c’est que la motivation s’en va souvent aussi vite qu’elle arrive. En ce qui me concerne, trois semaines d’inactivités suffisent à me décourager. Et puis avec le départ à Paris puis à Brighton, je dois avouer que pendant quelques mois le seul moment où on a pu me voir courir c’était pour choper mon bus (et encore).

Depuis maintenant quelques semaines je suis de retour dans le game. Je vais pas vous cacher que reprendre a pas été évident et que j’ai même cru perdre mes poumons au passage, mais j’y suis allée graduellement, comme au début, et petit à petit je sens que ça revient. Le 2 octobre dernier on a une nouvelle fois participé à La Lorientaise avec cette fois-ci ma mère en plus (d’où la photo de l’article) et étonnamment ça s’est très très bien passé. En tout cas bien mieux que la première fois.

Le seul conseil que j’ai envie de donner aux apprentis coureurs, c’est d’y aller pas à pas et de ne surtout pas se précipiter. Ça ne sert pas à grand chose de se fixer des objectifs de taré dès la première séance: vous faites ça pour vous, vous avez le time, se presser ne fera rien d’autre que vous mettre une pression inutile.

Sur ces belles paroles je vous donne rendez-vous très bientôt pour un nouvel article,

Apolline

Publicités

0 comments on “CHRONIQUES D’UNE APPRENTIE SPORTIVE / ÉPISODE 2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :