LES BOUQUINS

LE POINT BIBLIOTHEQUE

Pour moi, l’été rime avec lecture (ça rime pas vraiment mais j’me comprends). C’est vrai, c’est le moment où tu n’es plus obligé de lire des trucs qui doivent t’être utile dans ton cursus scolaire/universitaire, donc tu peux lire ce que tu veux même si tu pourras pas ressortir des citations en dissert. Tu peux lire le nouveau livre de Nabilla ou toute l’oeuvre de Freud, tu fais ce que tu veux du moment que ça te fait plaisir.

Et il y a deux semaines, j’étais en vacances en Espage avec ma famille, avec pour objectif de ne rien faire pendant une semaine : l’objectif a été respecté et j’ai adoré ces vacances repos et bronzette. Donc vous imaginez bien que ma valise était remplie de livres, parce que je connais ma tendance à lire un livre en 48h si je suis vraiment dedans. Et c’est ce que j’ai fait, parce que j’ai adoré les trois livres que j’ai lu pendant cette semaine.

Vu que je suis super sympa, j’avais envie de partager avec vous ces trois livres géniaux qui n’ont absolument rien en commun, si ce n’est qu’ils m’ont tenu en haleine au bord de la piscine.

Les derniers jours de nos pères, de Joël Dicker, 

Ça parle de quoi ? On est pendant la Seconde Guerre Mondiale, et Churchill a la super idée de créer un nouveau Service Secret qui opérerait à l’intérieur des lignes ennemies et des pays soumis à Hitler, et dont les membres doivent venir des pays mêmes pour être insoupçonnables. Le livre suit donc les membres du Special Operations Executive depuis leur recrutement jusqu’à leurs missions les plus importantes. C’est romancé certes, mais tiré d’une histoire vraie.

Verdict ? Ecrit par l’auteur de La Vérité sur l’affaire Harry Quebert, (que je conseille absolument à tout le monde) j’attendais beaucoup de ce livre. Et j’ai pas été déçue, j’ai adoré, du début à la fin. Il est supersupersupersuper. J’ai pleuré deux fois, donc autant vous dire que c’est pas jojo (m’enfin c’est quand même pendant la guerre alors faut s’en douter). Les personnages sont tous attachants et on n’a plus envie de poser le livre dès la troisième page. J’aime beaucoup les romans historiques et ça faisait un bail que j’en avais pas lu, donc merci Joël Dicker, j’ai a-do-ré.

L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire IKEA, de Romain Puértolas,

Ça parle de quoi ? Le titre parle de lui même : le fakir Ajatashatru Lavash Patel reste coincé dans une armoire IKEA alors qu’il veut acheter un lit à clou, et se retrouve expédié aux quatre coins du monde, en rencontrant bien sûr plein d’autres personnages hauts en couleurs.

Verdict ? J’étais pas méga emballée à l’idée de lire ce livre, je sais pas pourquoi, mais j’ai beaucoup aimé. Le ton est très léger, le fakir est même hilarant parfois, et tous les personnages sont sympathiques. J’ai bien aimé les références « cachées »à des personnalités réelles (coucou Sophie Morceau) et le côté voyage du livre. Il offre aussi une réflexion sur les immigrés clandestins, et je m’y attendais pas du tout . Ce bouquin allie donc réalité vraiment pas drôle + passages émouvants + ton léger + histoire d’amour + voyage initiatique. Une équation qui marche vraiment trop bien.

Ouragan, de Laurent Gaudé,

Ça parle de quoi ? D’un ouragan. Plus sérieusement, ça parle de l’ouragan Katrina à la Nouvelle-Orléans en 2005, et de pleins de personnages tous différents qui n’ont rien en commun et dont les destins se croisent lors de la tempête. A chaque paragraphe, le point de vue change, et on suit tour à tour l’histoire de prisonniers, d’une vieillarde, d’un homme dépressif, d’un prêtre ou d’un enfant. Les histoires les plus émouvantes semblent naître dans le chaos le plus total (Eva poète).

Verdict ? Le fait de changer de point de vue à chaque paragraphe m’a un peu surpris au début, mais une fois qu’on est dedans c’est vraiment trop dur de le lâcher. Tous les personnages sont intéressants même s’ils sont méga différents, et on sent bien dès le début que des destins vont se croiser, donc on a hâte de voir de quelle manière. Il est vraiment marquant. Laurent Gaudé (que vous avez peut-être étudié pour le bac de français si vous l’avez passé récemment) est super fort pour décrire les sentiments, c’est super bien écrit. C’est rare que j’apprécie autant le style d’écriture dans un livre, moi qui normalement kiffe trop l’histoire pour y faire attention, mais là c’est vraiment marquant !


Voilà pour cet article bouquinage qui est extrêmement long, et j’espère vous avoir donné envie de plonger dans des livres pour cet été. Pour ma part je file à la médiathèque !

A bientôt et bonne lecture,

Eva.

Publicités

0 comments on “LE POINT BIBLIOTHEQUE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :