LA BEAUTÉ LES BOUQUINS LES DÉCOUVERTES

LOVE IS IN THE AIR #7

Apolline vous a fait un Love is in the air il y a pas très longtemps, mais étant donné qu’on est deux personnes différentes et non pas une personne trèstrèstrès schizophrène, j’avais quand même bien envie de vous faire partager quelques trucs aussi. Qu’à cela ne tienne, à mon clavier, et me voilà avec quelques micro-découvertes qui valent bien le détour.

Ça va être un article un peu bipolaire, je vous préviens. En gros, mes coups de coeur en ce moment, c’est deux bouquins et deux produits de beauté. Donc je vais alterner, ça va être sympathique.

Patients, Grand Corps Malade

Alors, ce livre est génial. J’aimais déjà Grand Corps Malade grâce à ses chansons, à ses textes et à sa façon de s’exprimer : t’as l’impression que tu pourrais l’écouter parler pendant super longtemps. Et en gros, vu que lire un livre de lui, c’est comme s’il te racontait une histoire, et bah ça passe ultra bien. Et beaucoup trop vite. C’est un petit livre, certes, mais je l’ai emprunté en bibliothèque à 17h un après-midi, et il était fini le lendemain matin à 11h. Sans m’acharner dessus non plus. Dans ce bouquin, il raconte son expérience en centre de rééducation après s’être retrouvé tétraplégique incomplet après un accident de plongeon dans une piscine. Il raconte ses rencontres, ses copains, les professionnels de santé autour, l’histoire des uns et des autres, et comment se fait la cohabitation dans un centre comme celui-ci. C’est tout plein d’humour, tu te marres, c’est parfois un peu plus grave et tu perds ton sourire, mais c’est surtout très vrai. On a l’impression que le slammeur nous raconte son histoire, sincèrement, en t’expliquant tout ce qu’il a traversé, et qu’il veut te faire (un peu) marrer avec tout ça. Et ça fait beaucoup de bien, un livre comme celui-ci.

Jasmine Hair’oïne, Masque Avant-Shampoing, LUSH

C’est un masque pour cheveux que j’ai eu en échantillon chez LUSH lors de mon dernier passage, mais j’ai très très très hâte d’avoir un peu de temps (et d’argent, hein, faut pas se mentir) pour aller m’en acheter un peu plus. Il est bien sympathique : ta chevelure un peu rebelle et un chouïa rêche (qui ressemble plus à de la paille qu’à du cheveu, en gros), il te la transforme en truc tout lisse, tout brillant, et qui sent vachement bon. Et pis, c’est quand même tout plein de bonnes choses et ça change des shampoings chimiques : plein d’huiles différentes et bio pour la plupart, et d’huiles essentielles qui sentent bon. Seul bémol, le prix. Bah ouais, c’est LUSH. T’y vas pas tous les jours. Et quand tu vas, tu fais comme moi : pour un produit acheté, tu demandes deux échantillons bien généreux. Donc je vous conseille de le demander d’abord en échantillon, pour voir s’il vous convient aussi bien qu’à ma crinière, avant de vous endetter pour acheter un pot entier. (astuce radine)

Ce que je sais de Vera Candida, Véronique Ovaldé

Ce livre, je l’ai lu juste après Patients, de Grand Corps Malade, dont j’ai parlé juste avant, si t’as suivi. Donc autant te dire que la barre était très haute. Et pourtant, ce livre m’a bien plu. Il est bien écrit, on rentre dedans assez facilement et les personnages sont attachants. C’est l’histoire de quatre femmes, quatre générations qui vivent grosso modo le même destin jusqu’à ce que la dernière vienne bouleverser un peu ça, vu qu’elle a pas envie de vivre la même histoire que sa mère et sa grand-mère. Ca se passe dans une Amérique du Sud imaginaire, les noms font penser au Brésil mais c’est jamais clairement dit, et dans les années 1970 environ. Je vous le conseille, on a vraiment très envie de savoir la suite dès qu’on a fini le prologue, et ça, c’est rare, parce que normalement, j’aime pas les prologues. Donc, ultra-conseillé.

Rouge velouté sans transfert, couleur 01, Sephora

Là aussi, jolie trouvaille chez Sephora. Déjà, la couleur est super-jolie, bien rouge comme j’aime, même un peu orangé, donc nickel pour le printemps qui arrive où on a envie de sortir de la grisaille et de se la péter « rouge à lèvres et lunettes de soleil ». Mais le gros avantage de ce rouge à lèvre, c’est la tenue. C’est même bizarre la première fois que tu le mets : il est sans transfert. C’est-à-dire qu’en théorie, tu l’appliques correctement, il sèche, et tu peux au choix : manger un sandwich/boire un café/faire des bisous/porter une grosse écharpe qui t’arrive au bout du nez, et tu perdras pas un chouïa de rouge à lèvre en faisant des traces beurks un peu partout. C’est le rêve. Et la première fois que t’essaies, t’y crois pas trop. En gros c’est magique.
Alors certes, en pratique, ça marche moins bien qu’en théorie, et il a pas trop résisté à mon sandwich CROUS en plein amphi, mais n’empêche que je n’en ai pas remis de la journée et qu’à 18h, il était toujours tout à fait convenable et pas en mode dégueu craquelé (vous voyez ce que je veux dire ?).


Wah, c’était un article long !

A bientôt,

Eva.

Publicités

0 comments on “LOVE IS IN THE AIR #7

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :